La loi de Murphy

Quand t’écoutes un film tranquille chez tes parents, c’est toujours pendant la seule scène de sexe que ta mère passe derrière.

Certains appelleront ça la loi de Murphy, mais tant qu’à moi c’est juste la vie qui rit de toi quand ça lui tente.

***

Je revenais de mes mille commissions au centre-ville (à pied!), pendant lesquelles j’ai acheté des chips de chou frisé (Kale chips) dans un magasin d’aliments naturels. Genre de petite chose incroyablement santé et bonne. (Qui aurait cru qu’un jour, quelqu’un prononce cette phrase?)

Pendant ma marche, une itinérante asiatique m’a demandé comment j’allais et a souligné que j’avais de belles boucles d’oreille. Thx miss, tu dois être une bonne personne. Bonne journée.

Et donc je rentre à l’appart, ma coloc et son comité de départ sont là.
On dit bye bye à Repentigny, bonjour à la nouvelle vie cool au coeur de Montréal.
Le comité d’accueil (moi), initie un move, histoire qu’on visite le quartier.

Il fait beau, les gens sont heureux.
Peut-être trop pour certains.

Les sans-abris/punks du centre-ville étaient particulièrement de bonne humeur.

S-A: Hey les filles, j’ai une mauvaise nouvelle…
Moi: Eeet on veut pas la savoir!
S-A: Mais ça peut en être une bonne pour vous; je suis célibataire!

Ma coloc est crampée. On continue à marcher.

On décide de faire un détour par le IGA.
En sortant, on passe par la rue Saint-André, que j’avais toujours évitée sans raison précise.
Deux hommes (sans-abri ou pas, j’ose pas m’avancer… Mais ils avaient comme un p’tit air nonchalant pas clean) marchent à sens inverse. L’un d’eux lance à ma coloc:

– T’es très jolie toi, t’as tu un chum?
– Oui désolée, et je l’aime beaucoup (Elle a déjà la twist avec les dudes croches)

5 minutes plus tard, toujours sur cette même rue louche, un autre:

– Salut, vous êtes ben belles les filles!

Là c’est trop. On pouffe de rire les deux.
Il le prend mal et marmonne quelque chose qui ressemble à
-Mchmun pofd RESPECT!

Ok. J’ai pas compris le point, mais c’pas grave.

***

Comment faire peur à des banlieusards

Il y a quelques années, ma mère et ma grand-mère sont allées me reconduire en ville pour ma (première) réunion d’information pour mes études universitaires (Awww, trop chou!). Elles se sont promenées aux alentours de l’UQAM en m’attendant et comme de raison, un sans-abri les a abordées.

Il leur a montré ses cicatrices sur son torse et leur a expliqué qu’il devait aller à l’hôpital dans un langage douteux (comprendre: avec beaucoup de sacres, des mots patentés et un semblant d’alcool dans le corps).

Comment se faire mordre par un chat

J’avais un jour fait un party d’amies et mes deux chats étaient présents (Ils sont des hôtes assez cool). Je leur dis (à mes amies, pas aux chats) que la chatte noire est farouche, mais que l’autre, Pat, se laisse flatter et ne mord jamais.

Il a suffi qu’une amie qui préfère les chiens (comprendre: n’aime pas beaucoup les chats) le flatte et qu’il la morde en retour. Boon. Pat a voulu faire ses preuves.

***

Ce genre d’histoire n’est peut-être pas un exemple de la loi de Murphy, ni la vie qui nous fait des grimaces, mais un simple karma.
(Conclusion de fille qui aime se faire dire qu’elle est chix.)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s