Comme une odeur d’étranger

J’habite une haute tour, merveilleusement bien placée à Montréal, dans un appartement rénové encore tout blanc, tout frais.

Tout était beau et parfait cet été.
Ça sentait bon partout. Le neuf. (Prononcez “neu”)

Et là, *TATAN* il commence à faire froid.

Le froid d’automne, j’ai rien contre.
Ça m’évoque des câlins plus confortables, des feuilles colorées sur le trottoir, des chocolats chauds qui goûtent tellement meilleur, des chaï lattés au lait de soya avec un muffin aux épices…

Les gens sont beaux, avec leur reste de bronzage et leur petit coat aux couleurs chaleureuses.

Bref, j’suis full en amour avec l’automne.

Sauf que depuis une dizaine de jours, (ET LÀ, JE VOUS PRÉVIENS, J’EXAGÈRE PARCE QUE J’AI UN P’TIT NEZ FIN FULL IRRITABLE QUAND ÇA PUE) ça sent le cri**(excusez-la) de butch de cigarette dans ma salle de bain. (Vive l’aération partagée entre les toilettes d’apparts???)
Pis dans le couloir de mon étage aussi. Tabarnache.

Mais le pire, c’est le 10e, où y’a les laveuses-sécheuses. C’est comme si on avait vidé un cendrier dans le jus de moppe qui a servi à laver les planchers. Ça me lève le coeur. Y’a pourtant une porte avec une plante devant, super cute. Mais j’attends à la seconde que mon linge a fini de sécher pour courir et l’amener mon p’tit chez nous comfy aux parfum de poumons propres.

La principale cause de mon déménagement étant que je voulais que mon chez-moi sente bon, pis mon linge pis toutte. Ça m’écoeure. J’vous ai tu dit que ça m’écoeurait? ÇA M’ÉCOEURE.

***

Bon, là y’a un I auquel il manque un point.

Que tu fumes ne change en rien l’amour et le respect que je te porte.
J’ai passé un été en Angleterre entourée de fumeurs que je considère super respectueux, amicaux et sociables. Mais moi je ne fume pas.

Néanmoins. Si tu t’amuses en me soufflant ta boucane dans face ou en m’empêchant de respirer de l’air propre pendant trois heures, parce qu’on est sur une terrasse qui te donne le goût de téter ton p’tit bâton d’tabac pis laisser l’odeur de ton p’tit plaisir malsain sur le coat des autres pour qu’ils se souviennent de toi quand ils vont se faire dire “Tu sens le brûlé, man”, je considère ça comme un manque de respect.

On a tous droit à un minimum de respect.
Je considère avoir le droit de sentir bon en tout temps.

Pis me brosser les dents dans une pièce où j’ai l’impression que quelqu’un a fumé y’a quelques heures, ça m’écoeure.
Mais ça, personne le réglera.

Parce que fumer chez soi est un droit, et que mon droit de sentir bon n’est pas officiellement reconnu par la régie du logement. (Ah si un politicien pouvait amener ça sur la table….)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s