Une ville créative

C’est une fraîche soirée.
Je marche sur St-Denis, un thé Starbucks dans les mains, et je tombe sur un jeune homme assis à un petit pupitre, machine à écrire, avec une modeste feuille de papier qui dit “POEMS FOR SALE”.

Il porte un chapeau, vient de Denver, Colorado; une ville que nous avons décrétée “créative” ma soeur et moi puisque beaucoup de musique vient de Denver.

Pendant qu’il m’écrivait un poème, 2 sans-abri sont venus me demander de l’argent (Ben oui, une fille qui achète un poème, avec un breuvage Starbucks dans les mains, elle doit être pleine de monnaie.)

Et moi qui refuse gentiment,
(en tentant malgré tout d’influencer positivement le poème).

Une madame insiste, en me disant que c’est pour manger. “Si c’est pour manger, je veux bien aller t’acheter de quoi au Tim Hortons, mais ça sera après mon poème, ok?” dis-je en fille altruiste, mais snob (merci au poète pour cette occasion).

Elle dit “Ok, ben j’serai dans l’coin” . Oui oui, surement que j’vais aller te chercher pour te nourrir, a dit la Juliette-pas-si-altruiste-que-ça.

Il me donne enfin mon poème, en me le lisant à voix haute au préalable.

Et puis j’ai eu l’impression d’être tombée dans un piège de marketing.
Il a écrit mon poème quand même vite, et j’ai de bonnes raisons de croire qu’il s’agit d’un poème pré-composé.

:/ —> ma face quand je l’ai lu plus loin, à l’abri des itinérants qui quêtent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s