Enfreindre une règle

Marcher moins fort.

Je me rendais à l’ascenseur comme tous les matins et le temps d’appeler ce dernier, je remarque le message et je ris. Le lift arrive trop vite et je demande à mon coloc de prendre la photo (le crédit photo va à Nabil), pour faire un constat.

Je comprends que des fois y’a des filles avec des talons qui font tock tock quand elles marchent. Mais c’est à ce point désagréable?  S’il y a de l’écho pendant 7 secondes, le temps de se rendre chez soi, est-ce que ça réveille vraiment quelqu’un? Peut-on arrêter les sirènes d’ambulances de crier? Le chat de miauler? Son chum de ronfler?

Pas vraiment. J’imagine que c’est suite à cette réflexion que mes chers voisins ont retiré leur message. Je suis rentrée du travail et tout avait disparu.

***
Je m’ennuie des tableaux blancs sur les portes de chambres des résidences de l’Université de Victoria.

“Sleeping”
“Gone to the beach »
« Don’t knock.”

Enfreindre les règles peut toujours être le commencement de belles histoires.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s