« You dropped something »

Cher lecteur qui me connais, tu sais que je n’ai pas l’air bête en général. Lorsque je suis fatiguée, il arrive que je sourie moins. 

“Wait! You dropped something!”

***
MTL-ORD
Levée à 3AM, heure locale de Montréal (Minuit à Seattle). Incapable de dormir dans ce minuscule avion où il faut pencher la tête pour y entrer. L’hôtesse de l’air, seule et nerveuse, clanche la porte de l’avion comme on clanche une porte de garage. Une chance que j’ai pas peur de l’avion. Fatiguée, ça me fait rire. 

ORD-SEA
Pire aéroport. J’ai couru pour attraper ma connexion, qui était fnalement en retard. Deuxième avion: im-mense comparé à l’autre. Je dors un petit peu, mais je suis pas du côté hublot, cette fois.

J’ai quitté Montréal grise, les arbres qui rushent à retrouver la vie. Je suis victime d’un léger syndrome de Paris, lorsque je constate (!) la verdure tout autour. 

Seattle, 2PM

J’arrive à l’auberge, je pose mes trucs. Tentée par une sieste, je me resaisis. Non Juliette, sinon tes dix jours de voyage seront décalés. Je vais me promener, voir Pike Place. Les poissonniers se lancent des grosses bêtes, c’est plein de monde et de fleurs. Explicable notamment par le weekend de la fête des mères. Je marche vers la rive. J’ai peut-être attrapé l’air bête des poissons.

“Wait! You dropped something!”

Je regarde derrière moi, rien. Je regarde le gars.

“Your smile”

***

On dit beaucoup de bien des gens de la côte ouest. Qu’ils sont sympathiques, avenants, toujours le sourire aux lèvres. 

J’ai eu envie de lui dire bien des choses, mais le dude en question était avec une fille, qui observait ma réaction. J’étais crevée et j’ai peut-être continué à marcher en marmonnant des mauvais mots. 

À San Francisco, je suis en file avec deux amis pour acheter un billet pour les fameux Cable Cars. On parle pas, parce qu’on observe nos cartes de la ville respectives. Un gardien de sécurité me voit du coin de l’oeil et se déplace pour surveiller plus près de moi. Il me dit quelque chose du genre “You must have a beautiful smile, but I can’t see it.”

Si c’est une technique de drague, C’EST MAUVAIS. S’en est ensuit d’une sorte de justification de ma part genre, je voyage, I’m tired, it’s pretty normal eh? J’lui aurais dit d’aller se faire voir, mais j’étais avec des amis. Et c’est un gardien de sécurité. We never know. J’veux pas de trouble aux États-Unis, moi là. Je dois revoir Portland un de ces quatre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s