Des excuses

Beaucoup ont entendu l’histoire où un gars que je connaissais peu m’a invité chez eux pour souper. Une fois chez lui, il m’avait montré son demi-sous-sol peu charmant en s’attardant à sa chambre laide. On a bu des gin tonic cheap, le souper tardait. Il m’a dit de faire comme chez moi, alors j’ai mis du Lou Reed. 

– Ouain, t’as mis de la musique sexay.

Il m’a alors littéralement dit que si je ne couchais pas avec lui, y’aurait pas de souper. Je me suis levée, j’ai enfilé mon énorme manteau d’hiver (J’avais surement l’air d’un cakepop) et j’ai quitté. 

Il m’a écrit un message d’excuses. Un an ou deux plus tard.

*

L’été dernier, j’ai une collègue qui recevait des numéros de téléphone d’étrangers et je trouvais ça super excitant. Je me suis demandé pourquoi, nous, les filles, on fait pas ça aussi souvent. 

Il m’a texté une semaine plus tard, m’invitant à le rejoindre avec ses amis. Tout de suite j’ai fait woh, t’as quel âge, cher? Il était plus jeune de quelques années, mais oh well, il était si beau. Why not. On s’est ajoutés sur facebook.

Je l’ai rejoint sur son toît après les feux d’artifices. Le gars venait de Québec et tous ses amis de la région étaient là. À se raconter des histoires de party lame, de trips de drogue d’un ami, d’attitude bitch d’une telle, de vandalisme de tel autre. Si drôle, han. D’anciens petits voyous qui se racontaient leurs teenage years.

Mon joli garçon n’a presque pas parlé de la soirée. J’avais bu deux bières, lui avais posé quelques questions, mais il parlait pas trop. Complètement space. J’ai quitté au milieu d’une conversation. 

Peu de choses m’insultent davantage que de donner de l’attention à quelqu’un qui n’en donne pas. 

Il m’a texté des excuses peu après avec une justification au cas où j’étais pas sure: “t’es belle tsé”. Je n’ai pas répondu.

Surprenamment, j’ai reçu un message facebook (ceux qui n’apparaissent pas, quand ils ne viennent pas d’amis, tsé?) cette semaine. Il m’expliquait pourquoi il avait pas ou peu parlé, qu’il aurait pas dû agir comme ça, etc. Des excuses qui avaient de l’allure, cette fois. 

Je pense à faire des excuses, moi-même, pour d’anciennes histoires. Je me dis que ça réconforte, savoir que l’autre a appris de ses erreurs, qu’il reconnait en avoir commis, aussi. Des fois, ça prend longtemps pour revenir sur une situation comme il faut. Feeling similaire ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s