Moules et secrets

L’autre soir, avec deux de mes soeurs (l’autre étant à Barcelone, la chanceuse), on s’est fait une girls date en apprivoisant la préparation de moules. 

Dans vie, on dit souvent “y’en a pas de facile”, mais cette recette de moules pourrait être l’exception qui confirme la règle. Il faisait beau, on s’est rendues à pied au Marché Maisonneuve et comme à chaque fois (deux jusqu’à maintenant), un beau gosse et ses belles façons étaient derrière le comptoir de la poissonnerie. Quatre ingrédients plus tard à cuisson maximale pendant 8 minutes dans un chaudron ben tight, l’autre soeur est revenue avec les frites du snack d’à côté et on dégustait nos succulentes moules frites.

On a parlé des garçons dans nos vies, puis de ceux qui sont en dehors (Un film jouait à la télé en background avec Jim Sturgess, les cheveux poivre et sel) (rouinr).

La semaine d’avant, c’était la dernière de la saison de mon père, donc ma soeur et moi, on est allées le voir en studio après mon quart de travail. Après notre départ, apparemment qu’une conversation à notre sujet a eu lieu:
– Ah, c’était tes deux filles?
– Y’en a quatre!

Il a montré des photos et à la blague, quelqu’un aurait lancé 

– Wow, y’en a tu une de célibataire?
– Ben, elles le sont toutes.

Malaise général. Comment est-ce que de jolies filles dans leurs plus belles années peuvent être toutes célibataires? C’est quoi leur problème?

– Elles ont un modèle de perfection dur à battre tsé!

Comique. Et pas fou. Non plus. 

Avec ce modèle de parents, qui après plus d’un quart de siècle, sont encore en amour, mariés, quatre enfants. Ça donne peut-être des attentes trop élevées pour leurs progénitures? Peut-être que ça fait de nous des optimistes du luv? Que ça refroidit les sceptiques? Peut-être que la simple idée d’être présenté à une famille fonctionnelle fait peur, de nos jours?

Bref. Je jasais de tout ça avec un ami en déjeunant et ça m’a fait réaliser que ma famille est drôlement inspirante. On a beau être, les quatre filles, complètement différentes les unes des autres, on a tous ce point commun en ce moment; fonctionner en solo. On cherche pas absolument de chum, même si des bouts, ce serait l’fun, avouons-le. 

Mais nos soirées de moules entre soeurs, c’est très cool, pis j’échangerais pas ça contre rien au monde. ❤

Hier soir, notre girl power a encore frappé. #etreunepayer #mussels #moules #marinara

Une photo publiée par Juliette Payer (@laconstateuse) le 5 Juin 2015 à 11h36 PDT

//platform.instagram.com/en_US/embeds.js

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s