Pourquoi #mawestcoast ?

Où ça? Vancouver? Whistler? Hm. Peu de gens ont admis ne pas vraiment te connaître. Et c’est pourtant commun. Shame on me, je n’avais moi-même jamais entendu parler de toi avant un quiz Buzzfeed, ma Portlandia. J’ai ensuite découvert la série. Puis le Starbucks Brewery Blocks. Autant de raisons pour t’aimer, déjà.  Tant qu’à être […]

Lire la suite de "Pourquoi #mawestcoast ?"

Les clients Français

Client: J’aimerais un café filtre Juliette: D’accord. Nous avons corsé, velouté ou torréfaction moyenne… Client: Torréfaction s’il vous plaît! Juliette: … *** Cliente: Bonjour, un « Biscuit à la mélasse » qu’est-ce que c’est? Juliette: Euh … *** Cliente: (Pointe le démonstrateur de gruau) Qu’est-ce que c’est ça? Juliette: Un gruau! Cliente: … Juliette: C’est de l’avoine […]

Lire la suite de "Les clients Français"

L’expert des fautes, duh

Mon combat.

Je suis outrée à chaque fois. Des mauvais accords de verbe. Des fautes de frappe. Et ceux qui les font s’en foutent un peu, on dirait. Sans considérer le nombre de personnes qui verront cette faute et seront possiblement dissuadés d’acheter le produit, de s’abonner au service ou simplement d’aller de l’avant. Heille, une grosse faute toi! No way, j’encourage pas ça.

Dans la même semaine, Norman fait des vidéos a lancé une capsule sur les fautes d’orthographe, j’ai vu une annonce de ImpôtExpert dans le métro avec des fautes et puis je suis allée au M4 Burritos, une nouvelle chaine de restauration rapide à Montréal, et fuuudge, d’autres fautes d’orthographe m’ont sauté aux yeux. En bonne samaritaine, je leur ai écrit pour leur dire. Et on m’a obstiné que non, “Cher Burrito, Bienvenu à Montréal” s’écrivait bien ainsi, “en temps que substantif”. Argh. Faire des fautes d’homophones en se justifiant, c’est pas gagnant.

Je crois qu’on est tous des “freaks” pour quelque chose. Certains vont toujours bien classer leurs choses, être intolérants face à l’imperfection d’un truc, mettre beaucoup trop d’importance sur la performance au travail, etc. Moi c’est l’orthographe. Ok, je ne suis pas parfaite non plus. Écrire un constat par jour parfois a occasionné quelques oublis, fautes de frappe ou troubles de syntaxe. Mais hey, si je publiais quelque chose, j’irais me faire relire par 2-3 personnes certain.

Ceci est une invitation à faire appel à un(e) correcteur/correctrice dans votre contexte professionnel. C’est de l’argent bien investi, puisque votre crédibilité est en jeu. Bon. Pis donnez donc des cartes-cadeaux à ces gentilles personnes qui vous aident à vous rendre compte du problème, aussi; on se réconciliera plus facilement.

Lire la suite de "L’expert des fautes, duh"

En français SVP

Que je travaille chez Starbucks n’est plus un secret eh. Et bien que j’aime l’entreprise, sa culture et l’atmosphère de travail, j’ai un gros gros gros reproche à faire: le français chez Starbucks fait dur. Traduction inexistante pour le “Willow Blend”, une façon d’écrire les breuvages sur les verres standardisée en anglais, des pancartes promotionelles […]

Lire la suite de "En français SVP"

La fête de Christmas

Des asiatiques qui veulent bien perler.

Ce n’est pas une grosse faute.
“En la fête de Christmas”
C’est une super tournure de phrase, ils ont dû entendre ça dans les chansons, dans leurs cours de français, qui sait. Mais personne ne leur a expliqué que c’était “Noël”, en français. Je me permets de soupirer.

Ce que je sais, en tous cas, c’est qu’ils sont meilleurs à l’écrit qu’à l’oral. Et qu’ils préfèrent prendre pour acquis qu’on parle anglais au coin Sherbrooke et St-Denis.

D’où la rapide présentation du sushi “nananane” qui s’avérait être le sushi spécial 999. (À prendre si vous aimez les sushis frits avec de la mayo piquante su’l top. À consommer avec modération…)

Reste que, si jamais je n’avais rien à faire à Noël, je saurais où aller manger.
(Le plus important, entre la langue et la bonne bouffe, ça reste la bonne bouffe)

Lire la suite de "La fête de Christmas"

Voyager ici

Vendredi, je suis allée voir un show de musique au théâtre Corona, dans Griffintown. Sérieusement, j’avais transféré souvent à Lionel-Groulx en métro, mais je n’en étais jamais sortie, dehors, je parle. Toute émerveillée je fus lorsqu’une odeur de cari m’enivrait au même rythme que je trouvais des airs à la “Brick Lane” (Quartier indien de […]

Lire la suite de "Voyager ici"