Le golfeur de Ste-Foy

Quand j’habitais à Ste-Foy, je prenais souvent l’autobus. J’écrivais souvent dans ce même autobus et ça m’amenait à observer ce qu’il y avait autour de moi, avant, pendant et après le trajet.

J’ai retrouvé cette photo prise avec mon vieux cellulaire Samsung à rabat qui date de l’époque où on chargeait notre téléphone une fois par semaine. L’époque où on était à ce point relax qu’on fermait notre téléphone la nuit, et on se réveillait avec un cadran (UN CADRAN).

Bref, parmi les choses que je voyais tous les jours – les lampadaires, les poteaux électriques, l’autobus-passé-trop-de-bonne-heure – il y avait un monsieur. Tôt le matin, il amenait son équipement, s’installait sous les poteaux électriques et frappait quelques balles, tranquille, sur ce gazon bien tondu.

Quand on aime jouer au golf solo, est-ce qu’on a besoin d’un terrain de golf?

Quand on aime jouer au golf, est-ce qu’on devrait attendre nos amis pour jouer?

Si on aime quelque chose très fort, on devrait pouvoir en ajouter un peu dans son quotidien sans avoir à payer un prix excentrique, sans dépendre des autres, sans dépendre de moyens financiers.

Qu’est-ce que j’aime très fort? L’été. Call me obsessional, mais j’suis plus capable des températures froides, du temps gris. Je ne pense pas être la seule qui souhaite mai avec espoir depuis novembre. J’ai envie de porter des robes et me lever tôt le matin avec le soleil. J’ai envie de plage, de terrasses de restaurants qui sentent bon. Je veux des nouveaux paysages, apprivoiser de nouvelles rues, voir des visages inconnus.

Bon, en fin de compte, j’ai peut-être juste besoin de vacances (mes dernières vacances, mis à part Noël, remontent à Août 2015, c’est la vie quand on a eu 4 jobs en 2016) alors d’organiser un petit voyage à New York solo  à ce temps-ci de l’année me fait le plus grand bien. D’organiser un voyage, ça me le fait vivre un peu à l’avance. J’ai acheté des robes d’été et un coat en jeans pour les soirées plus fraiches si on sort au restaurant.

Il fait de plus en plus chaud dehors. On peut porter des souliers aisément. J’ose pas trop m’emballer et je reste prête à toute tempête, mais je pense qu’il y a en a un qui va penser au golf.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s